Questions - Réponses
Q: Est ce que parfois vous n'y allez pas un peu fort ?
R: Comme le dit le proverbe Bouddhiste; " Si tu ne peux pas aider, alors dérange, l'essentiel c'est de participer..."
bousculer les idées reçues et déranger le désordre établit n'est jamais négatif,
si vous donnez un coup de pied dans une fourmilière, les fourmis partent dans tous les sens et après un moment,
la fourmilière se remet en place, tout se reconstruit et même mieux qu'avant....
d'autres avant moi y sont allés bien plus fort, souvenez-vous; " Laissez les morts enterrer les morts.",
vous savez, si ma mère n'y avait pas été un peu fort en me réveillant
le matin pour que j'aille à l'école, je serai aujourd'hui analphabète.
Nous pouvons dire merci à celui qui nous réveille, qui nous dérange, qui nous
contrarie, car il ouvre devant nous, si nous avons un esprit souple et curieux,
quelque chose de plus grand et de meilleur. Il y a donc quatre catégories d'hommes;
-Ceux qui sont dans la souffrance et qui ne savent pas qu'on peut s'en libérer, ce sont de loin les plus nombreux.
-Ceux qui savent qu'on peut s'en libérer et qui ne font rien pour ça, ceux là ne méritent aucune pitié...
-Ceux qui travaillent à leur salut.
-ceux qui sont libérés et qui nagent dans le bonheur, ce sont de loin les moins nombreux.

Q: N'y a t'il pas à notre époque une misère spirituelle ?
R: Bon nombre d'occidentaux ne pensent qu'à manger et ne voient pas plus loin que le bout de leur fourchette, et à cinq ou six heures
d'avion d'ici des enfants mangent des galettes de terre pour faire passer la sensation de fain...c'est un paradoxe qui dure..
Mais il y a deux misères, la misère horizontale et la misère verticale, on peut être heureux dans une 2CV et malheureux
dans une porsche. Un ami qui revenait d'Inde disait avoir vu en dix sept jours en Inde plus de sourires qu'en dix sept ans en
France, Nicolas Hulot disait dans sa dernière émission d'Ushuaïa; " Les occidentaux ont tout et pensent qu'ils n'ont rien, et
les arborigènes d'Australie n'ont rien et pensent qu'ils ont TOUT "
J'avais imaginé un jour faire un sondage dans la rue, j'interpelle quelqu'un, quelqu'un de très sérieux.
" Bonjour monsieur, c'est pour un sondage.." L'homme regarde autour de lui, puis regarde sa montre et dit;
" Bon, d'accord, mais alors vite fait..! "
" Vous avez une maison, un toit sur la tête ?"
- " Oui, j'ai une résidence primaire, mais aussi une résidence secondaire, une résidence tertiaire et un viager "
" Vous avez un frigo ?"
- "Oui."
" Il est bien rempli ?"
-" Oui ."
" Vous avez des amis ?"
- " Oui, j'ai 2500 amis sur facebook et j'ai aussi une femme, une tortue, un poisson rouge."
" Vous avez des loisirs ?"
-" Oui, parapente, plongée, et ce week-end la fête de l'âne et de la courge. "
" Vous avez un travail ?"
-" oui, j'ai aussi un doctorat doublé d'une maîtrise en science internationale. Et un fax."
" Vous avez une voiture ?"
-" Oui, j'ai aussi un cheval, un jet-ski et un jet tout-court. "
Alors pourquoi vous faites cette tête là  ???
En réalité, vous êtes victime d'un malentendu, un malentendu qui fait de vous un éternel insatisfait.
Vous êtes victime d'un principe illusoire, que l'on appelle l'ego, qui vous pousse à croire qu'il vous manque
quelque chose pour être heureux. Ce fonctionnement vous fait avancer comme un âne derrière une carotte à la poursuite d'un
bonheur très incertain.. et vous empêche de percevoir la plénitude du présent. C'est ce que les spirituels ne cessent de nous répeter,
la Joie n'est pas dans le monde mais dans la transcendance de celui-ci, l'homme vit dans le sommeil, il est endormi, il ne peut
trouver de satisfaction dans ce monde de l' éphémère et le but de la vie est de libérer la conscience emprisonnée dans la
fausse identification au corps et au mental.

Q: Quel est votre enseignement ?
R: Passer le plus possible de la théorie à la pratique, la Vie, l'Eveil c'est maintenant, à chaque seconde, pas demain comme
le dit l'histoire du barbier qui avait affiché devant son échoppe; " Demain on rase gratis.", les gens revenaient
le lendemain et trouvait toujours la pancarte, " Demain on rase gratis.".
" Ah! quand j'aurai changé de région, de travail, quand j'aurai repeind ma cuisine en jaune..", ainsi dans le rêve les secondes passent,
les minutes les jours passent, et puis la vie passe vite et finit.. alors Eveille-toi, Illumine-toi, par la Religion, par la
Connaissance, par l'Amour, ou par tout autre moyen, il y a autant de chemins qu'il y a de personnes. On voit affiché à
l'entrée de certains temples bouddhistes; " Mille hommes, mille vérités", chacun progresse dans la voie qu'il s'est choisi,
chacun trouvera sa propre formule pour se Réaliser et découvrira en lui-même la source intarrissable du bonheur.
Toute personne que vous voyez est en chemin vers sa propre Libération, et en s'appuyant sur les grandes voies que sont
le Christianisme, le Bouddhisme, les sages de l'Inde et tout ceux plus ou moins connus qui ont traçé des voies parfaites,
chacun parviendra un jour à se libérer des griffes de l'illusion.
J'adhère à la pensée de Gandhi; " N'appartenir à aucun système mais être au service de tous." et à celle de Louis Pasteur;
"Ne me dis pas de quel pays tu viens, ne me dis pas quelle est ta religion, mais dis-moi ta souffrance."
 
Q: A t'on obligatoirement besoin de la spiritualité ?
R: Si nous pouvons affirmer avec sincérité que nous sommes pleinement heureux, non.

Q: Y a t'il un âge idéal pour se tourner vers la spiritualité ?
R: Non, on peut être doué à 20 ans ou à 90 ans...c'est une question de maturité. Il y a un âge pour aller danser la samba au Brésil  ou
s'intéresser aux extraterrestres, et un âge pour se poser les questions qui de toutes façons,
tôt ou tard s'imposeront à nous.  Si notre sommeil est trop profond, nous ne pouvons entendre
la Vérité Spirituelle. Si nous sommes à la lisière entre le sommeil et le réveil, nous nous disons;
" Tiens, ça a l'air intéressant ! " ; si nous sommes prêt, la lecture d'un enseignement spirituel
provoque la Joie et une prise de conscience qui devient le départ d'une merveilleuse aventure.
"Quand le disciple est prêt, le Maître parait.", c'est la célèbre formule.
 Le désir d'une démarche intérieure vient naturellement quand on a fait un peu le tour de tout,
mais il faut avoir fait ce que l'on portait en soi de faire et c'est différent pour chacun.
Untel aura le désir de réussir  professionnellement, matériellement, c'est louable.
Un autre porte en lui le désir de voyager, de découvrir les autres cultures, c'est louable.
Rien n'est mieux ni moins bien. Le tout c'est de faire ce que l'on a à faire car le but c'est de s'épanouir,
pas de devenir frustré.

Q: Faut il avoir un Maître ?
R: " L'homme sagace qui sait, comme un découvreur de trésors
voir les fautes d'autrui et lui en faire reproche,
est un sage dont il faut chercher la compagnie.
Qui s'associe avec lui
ira de mieux en mieux, et non de pis en pis. "
Il n'y a pas de règle absolue, mais rares sont les personnes qui peuvent se passer  de l'aide
de quelqu'un d'éclairé. Le Maître dissipe nos doutes et nous remet sur les rails. Il nous dit; " Donnez
 moi vos peurs, vos limites, donnez moi vos bijoux en toc, je vous donnerai les vrais,
 donnez moi vos pâles imitations, je vous donnerai de vrais Certitudes.
 Il a parcouru la totalité du chemin, il voit  le labyrinthe dans lequel nous sommes égaré et nous dit;
" non pas par là !  ". Il nous guide doucement vers la sortie et un jour,
ça y est, vous êtes libre, l'ego n'a plus de pouvoir sur vous. Tout est là, il n' y a  rien de plus a
atteindre, vous devenez le Grand Appréciateur, le Grand Jouissant.
Chaque pas, chaque mouvement, chaque respiration est une caresse du Créateur à sa créature,
vous êtes dans la joie.

Q: Quelle est cette joie spirituelle ?
R: Il y a deux sortes de joie; la fausse, la joie conditionnée, celle qui est là mais qui peut s'en aller
si on vient vous contrarier, et la vraie, la joie non conditionnée, résultat d'une bonne méditation,
 celle qui demeure là, au creux de l'estomac, et qui ne vous quitte plus, même si votre voiture n'a pas démarré
ce matin, que votre femme vient de partir avec le charcutier du village, et que votre patron vous annonce que
 vous êtes sur le siège éjectable de la prochaine compression de personnel.
" Si la tristesse s'invite chez toi, tu n'est pas obligé de lui donner une chaise pour s'asseoir. "

Q: que pensez vous de la psychologie moderne ?
R: Si on ne peut s'en passer, la psychologie moderne ne saurait être qu' une étape préparatoire  à la spiritualité.
Il y a autant de différence entre la psychologie et la spiritualité qu'entre la maternelle et science po.
La psychologie nous aide juste à fonctionner normalement dans la société, ce qui n'est nullement une garantie de bonheur.
Néanmoins, on ne peut nier son efficacité, mais il faut savoir y entrer et en sortir.

Q: Moi, je suis athée ?
R: Je déjeunais un jour avec un jeune couple et leur deux enfants et la discussion est arrivée sur la religion et
sur Dieu. La jeune femme dit " Moi je ne crois en rien, je suis athée ! "
Je lui ai dit; " C'est faux, vous croyez dans l'Amour de vos enfants pour vous et dans votre Amour pour eux ? Oui,
réponds-t'elle " " Ah, vous voyez que vous croyez en quelque chose, vous croyez dans l'Amour et l'Amour est Dieu,
le vrai Dieu, pas celui, comme le dit l'ermite du rocher, qui est assis sur un nuage avec une grande barbe blanche, mais
le vrai, qui n'est rien d'autre que le meilleur de soi, comme il le raconte dans son histoire de l'auto-stoppeur ; "
" Un jour, alors que je faisais du stop, une voiture me dépassa. Elle s'arrêta deux cents mètres plus loin, puis repartit
en marche arrière, faisant crisser ses pneus sur le graviers. Je montais. J'échangeai quelques mots avec le conducteur.
Il me demanda ce que je faisais là et qui j'étais.; " Je suis ermite, lui répondis-je."  "Et vous avez déjà vu Dieu ? M'interrogea l'homme, sceptique "
- " Bien sûr, répliquai-je en souriant, et pas plus tard qu'il y a quelques minutes. Il vient de faire marche arrière sur deux cents mètres ! "
Dieu est simplement le meilleur de nous-mêmes. Il y a une part de Dieu dans chacun d'entre nous.
Nombres de gens ont encore besoin de donner un nom à Dieu. Nombre de gens ont encore besoin de cultes, d'images. Laissons-les faire. Leurs pratiques ne sont que des moyens, des véhicules. Si certains ne peuvent arriver au royaume des cieux qu'en voiture, laissons leur ce carrosse. Pourtant, rencontrer Dieu est moins compliqué que ça en a l'air. Dieu, c'est le comportement. Notre comportement- de chaque jour, de chaque minute, de chaque seconde. Un comportement qui va
nous donner la béatitude éternelle. C'est pourquoi l'on peut voir Dieu toujours, partout, tout le temps, puisqu'il est en nous." Un jour un petit garçon dans une famille très pauvre ouvre son frigo vide, il a faim  et décide d'écrire à Dieu, il rédige sa lettre et part la poster, mais il est trop petit et la boite aux lettres trop haute, il se met sur la pointe des pieds et saute mais rien n'y fait. Un homme le voit, s'approche, lui propose de l'aider et au moment ou il dépose la lettre dans la boite il voit qu'elle est adressée à Dieu. Il l'ouvre et voyant son contenu emmène le gamin au supermarché ..  si demain une spiritualité laïque, sans Dieu, sans rites, sans dogmes se répend d'une manière universelle, je veux bien être Pape...

Q: J'ai parfois l'impression de ne pas avancer, comment ne pas céder au découragement ?
R: Une fois le processus enclenché par la lecture d'un livre, ou par la rencontre avec un Maître, le temps travaille pour vous,
alors, dans cette aventure intime et secrète qu'est la quête spirituelle, chaque jour qui passe vous rapproche du but.
Peut être vous est-il arrivé un jour, en vous promenant dans une forêt de voir un arbre tombé au sol , et en  l'examinant de plus près,
vous vous êtes aperçu qu'il était rongé par les termites. Si vous étiez passé une heure avant, cet arbre vous aurait semblé en belle santé,
plein de vie et de force... il en est de même de l'ego du véritable chercheur spirituel, un travail se fait en profondeur, invisible., qui un jour porte ses fruits.
Un chanteur très connu parlait en chanson d'un pays merveilleux, d'un pays où il fait toujours beau, d'un pays où tous les jours sont chauds,
et où l'on passe son temps à jouer, et bien ce pays merveilleux, il est déjà là en vous et s'appelle le SOI. Si vous ne le voyez pas encore,
sachez que nul éffort n'est vain, et si vous désirez un jour mener la vie ardente des sages, alors, armé de ce seul désir de liberté,
les obstacles tomberont les uns après les autres.

Q: Il y a t'il des étapes sur ce chemin intérieur ?
R: Du point de vu de l'Absolu, non, l'illumination peut être atteinte à l'instant même.
Dans le relatif, nous pouvons considérer qu'il y a des étapes, une progression. En fait, nous admettons d'abord
intellectuellement cette Vérité. Puis il y a comme une traversée du désert, une période pendant laquelle nous
sommes assis entre deux chaises, plus tout à fait à l'aise dans le monde matérialiste, et pas encore établi dans l'Etre
essentiel. Cette période plus ou moins longue, plus ou moins douloureuse, dans laquelle le " chemin " semble
se rétrecir de plus en plus est en fait une période de maturation, comme un fruit qui mûrit pour un jour
se détacher tout seul de l'arbre. Si pour certains, cette progression s'effectue dans une Joie grandissante et ne
présente pas de vraies difficultées, pour d'autres cette période de maturation débouche sur une crise profonde,
nous en arrivons à un point où continuer "comme avant" nous semble insupportable. Dans tous les cas, découvrir
cette Réalité et s'affranchir des limites du moi devient alors LA priorité.

Q: Que doit on changer dans sa vie pour progresser spirituellement ?
R: Rien, jouer à la perfection le rôle qui nous est donné est une voie de réalisation, que vous soyez
employé dans une usine de confettis ou conférencier international ( c'est à la mode ...)
Il faut jouer son rôle et faire ce que l'on a à faire mais le faire bien, être un bon artisan, un bon patron, un bon employé ...

Q: Que pensez-vous du tantrisme et du tantra qui s'affichent partout aujourd'hui ?
R: Le tantrisme ou le tantra tel qu'il est proposé aujourd'hui dans de nombreux magazines ou sites web est totalement
détourné de son message d'origine, bref, sexualité sacrée, amour tantrique, il n'y a que peu de spiritualité dans ces pratiques parfois débilisantes
qui relèvent plus de la psychiatrie Freudienne que d'une aide véritable au questionnement existentiel profond, j'y vois souvent plus de dégats que de bienfaits
et la construction saine et libre de la personalité est la plupart du temps négligée au profit d'intérêts personnels...

Q: Vous laissez entendre qu'il faut être prêt, autrement dit quand c'est pas le moment, c'est pas le moment ?
R: Oui, l'ignorance c'est d'être ignorant de son ignorance, si la personne n'est pas prête à entendre la Vérité, vous ne pourrez
vous faire comprendre, c'est comme vouloir apprendre à un cochon à chanter, vous perdez votre temps et vous irritez le cochon...
quand c'est pas le moment, c'est pas le moment, voici une histoire ; " Un nain entre chez un glacier, le comptoir est beaucoup trop haut pour lui,
il décide alors de sauter et quand il dépasse le comptoir il dit ; " Bonjour, je voudrai une glace.."
pas de réponse.. il recommence, saute et quand il dépasse le comptoir redit ; " Bonjour, je voudrai une glace.." toujours pas
de réponse... il recommence 3 fois, 4 fois, 5 fois, et finit par se fatiguer. Il décide alors de faire le tour du comptoir et là, il voit
un autre nain, tout éssoufflé, qui saute et qui dit ; " Vanille ou fraise, vanille ou fraise....!!"
Si vous croisez la route de la spiritualité, c'est que vous avez quelque chose à y trouver. Si des personnes ne se rencontrent pas,
c'est qu'elles n'ont rien à se dire.. et la providence se charge d'organiser à merveille toute rencontre, "Dieu saupoudre ses interventions
les plus spectaculaires d'un peu de "hasard" pour les rendre plus crédibles aux yeux des humains..."

Q: Le mot gourou fait peur, n'est t'il pas galvaudé ?
R: En effet, ici en occident, le mot gourou fait peur, il est associé au mot secte et au mot abus, profit.
En Orient, le gourou est au contraire respecté, il est une référence, il dissipe l'ignorance fondamentale,
en réalité le gourou ne veut que notre bien, il nous oriente vers le transcendant en nous, donc vers la liberté.
Il fait trembler nos fausses certitudes et nous fait comprendre que nous construisons un château sur du sable...
Il est  l'Ami le plus précieux.

Q: Croyez-vous à la réincarnation ?
R: " La réincarnation c'est pour les fainéants qui rêvent de redoubler...", " la mort n'est qu'un arrêt de travail momentané.."  dit avec humour l'ermite du rocher.
Je me souviens d'un dessin humoristique de Marol qui représentait un gourou devant une assemblé de disciples et qui disait ; " Bon, nous allons étudier vos vies passées et si il nous reste un peu de temps, nous étudierons la vie présente..." La théorie de la réincarnation est très pédagogique, selon elle nous vivons dans le sommeil et la mort nous réveille..." Ce qui est délié sur terre le sera dans les cieux ", ainsi nous reprenons le cours des choses à chaque naissance, l'Âme " s'enfle" de ses expériences jusqu'à la libération totale.
Nous sommes tous soumis à la loi de cause à effet, si vous lancez un boomerang il revient ( enfin, si c'est un vrai...) si donc vous lancez de bonnes choses il vous en revient de bonnes, on comprend vite qu'il y a tout intérêt à devenir une bonne personne plutôt que le contraire ! Certains disent;  " Je ferai mieux  la prochaine fois.." hé bien " la prochaine fois " vous y êtes et c'est maintenant ! " nous finissons toujours par arriver à un carrefour où  part d'un coté un avenir hypothétique et de l'autre la Réalité qui s'offre à nous avec la possibilité d'une acceptation libératrice..
De toute façon, nous ne pouvons échapper à la mort, nous y allons tous, il faut s'y préparer et nous ne pourrons , malgrès tous nos efforts, ajouter une minute à nos vies.
Nous pouvons aborder la mort avec l'aide des humoristes en se disant; " La mort c'est qu'un mauvais moment à passer.."  " vit chaque jour comme si c'était le dernier, un jour, tu verra, ce sera le cas..."  ou selon l'adage Bouddhiste ; " Pourquoi s'inquiéter de la mort car tant que vous êtes vivant, c'est que vous n'êtes pas mort, il n'y a donc pas de raisons de s'inquiéter... et quand vous serez mort, il n'y aura plus "personne" pour s'inquiéter... ", " Ici, gît un comique..."
"En vérité nous n'avons pas peur de la mort, nous avons peur de cesser de vivre." disait Swami Prajnanpad, c'est une nuance qui mérite d'être étudiée.
Un jour j'aidais à déménager un ami de son ermitage en provence pour son ermitage en Corse. Il préparait ses paquets, il n'y en avait pas beaucoup car il n'était pas très encombré, et je lui ai dit; " ça y est ? ", il m'a répondu ; " Je suis prêt " Dans son " Je suis prêt" il y avait TOUT, je suis prêt à quitter mon corps, ma vie,  ma voiture, mon histoire, mon compte en banque...j'ai donné ce que j'avais à donner, j'ai reçu ce que j'avais à reçevoir, j'ai fait ce que j'avais à faire, tout est accompli."  Voilà, Aimer, être aimé et s'éveiller pour être prêt un jour à mourrir sans regrets.

Q: Faut il être végétarien ?
R: Il ne peut y avoir de conditions au bonheur sans condition, cependant la plupart des grands centres
spirituels proposent un menu végétarien car l'impact de l'alimentation sur le caractère et sur d'autres choses
plus subtiles est indéniable. Quelqu'un qui mange beaucoup de viande rouge, de charcuterie et autres pâtés
de cerf est plus coléreux, plus susceptible, plus soupe au lait que le végétarien qui est plus calme, plus serein.
La viande excite les bas instincts alors qu'une alimentation moins carnée nous rend plus intuitifs, plus stable.

Q: Que signifie la phrase; " Si vous rencontrez un Bouddha, tuez-le." ?
R: Cela ne signifie bien sûr pas qu'il faut le tuer physiquement, mais qu'il faut tuer le sentiment d'idolâtrie qui vous pousse à croire
qu'il représente un idéal inaccessible. Cette Réalisation n'est pas réservée à un Bouddha tous les 5000 ans,
elle est possible à n'importe qui qui s'en donne la peine, c'est à dire TOI..
Ce n'est pas la peine d'adorer si on ne devient pas adorable soi-même.

Q: Qu'elle est votre opinion sur l'émergence de sectes plus ou moins bizarres qui parsèment le paysage spirituel aujourd'hui ?
R: En l'absence de valeurs authentiques de substitution, nombres de gens sont un peu perdu,  et se laissent prendre dans les filets gélatineux de sectes de bas âge... la plupart de ces sectes au discours mielleux sont infantiles et nous endorment davantage, aussi je renouvelle une fervente et inconditonnelle adhésion au très célèbre proverbe Suisse;
"Quand je vois ce que je vois et quand j'entends ce que j'entends, je suis content de penser ce que je pense."
Vous savez, chacun affiche son menu, comme un restaurateur affiche son plat du jour, c'est à nous de voir
si la digestion est bonne, si nous nous sentons plus léger, plus joyeux, ou si au contraire, nous nous sentons encombré.
La Vie nous envoie tous les outils nécessaires pour progresser vers notre accomplissement, à nous de discerner,  sélectionner,
afin de passer d'un outil grossier à un outil plus perfectionné.

Q: Est-ce que vous regardez la télé ?
R: Oui, mais vous savez, la télé, cela peut  être très pédagogique.. par exemple, vous allumez la télé à 20 H précise
et vous verrez apparaître sur l'écran, une femme bien habillée ou un homme en costume qui va vous dire tout ce qu'il ne faut pas faire ;
" Viol, attentat, braquage à main armée, faux, usage de faux,  proxénétisme, proxénétisme aggravé.., mettre un nouveau né
dans le congélateur en espérant que personne ne s'en apercevra jamais, tirer sur son voisin parce qu'on ne le supporte plus.. construire une maison sans permis, vol, recel, conduite en état d'ivresse....."

Q: Moi j'aime les sensations fortes, j'aime que ça "bouge" ?
R: Alors méditez, vous verrez, le saut à l'élastique le plus merveilleux n'est rien en comparaison de ce qu'apporte la méditation. La méditation est d'une richesse infini en bonheurs et en applications pratiques...

Q: Quel est le prix à payer pour cette liberté ?
R: Si vous cherchez le TOUT, il faut tout donner, c'est aussi simple que cela. Vous croisez quelqu'un dans la rue qui a un certain " look " , des tatouages, une barbichette soigneusement peignée et une queue de cheval, et vous lui dites ; " je vous échange vos tatouages, votre barbichette et votre queue de cheval contre le bonheur éternel..." ,  " Oh, ben non..!! "
Voilà, l'image , l'étiquette, l'opinion, l'apparence, il faut perdre tout ce qui aujourd'hui constitue ce que vous appelez MOI... " , moi je suis un grand philosophe, moi je suis un grand chirurgien, "vide toi de toi-même et je te remplirai" , c'est la tradition Indienne du "neti, neti" ( pas cela, pas cela ), une célèbre eau de source a pour devise; " il faut éliminer, éliminer...", oui, se réduire encore et encore, voilà "la douloureuse épreuve".. Le docteur Roger Godel, médecin cardiologue, philosophe et spiritualiste Français, nous en donne un aperçu dans son ouvrage; " Essais sur l'expérience libératrice ", en voici un extrait; " Des tendances shizophréniques éclatent; elle laissent préssentir la mort de l'ego, sa dissociation d'abord. D'étranges paniques submergent la conscience. La réalisation de l'Etre en est l'enjeu, tout au moins sa rédemption au travers d'une nouvelle naissance. Il ne s'agit pas là de vaines paroles: c'est une agonisante expèrience que celle où l'égo en sombrant conserve assez de cohésion encore pour se sentir englouti. Sur l'horizon de cet océan en tumulte, rien n'apparaît que des puissances d'anéantissement. Aucun îlot, aucune épave, aucune forme où s'accrocher n'émerge hors des eaux primordiales. C'est pourquoi la psyché, pour survivre et aspirer vers l'autre rive, doit s'armer d'une force virile à toute épreuve. Au terme de ce combat contre la peur de l'anéantissement, quand tombe le dernier vestige du moi, une plénitude de vie l'envahit et l'illumination se révèle par sa vertu propre, dans le silence et l'absolue quiétude. "
Cette difficulté n'est que mentale, traversez-là et vous réaliserez, au sein même d'une vie ordinaire ou banale, une liberté et une plénitude que les mots ne peuvent décrire...

Q: Que pensez-vous des manifestations sur la retraite ?
R: La vérité, c'est que les gens s'ennuient..ça les occupe...les jeunes expriment leur mal être en criant, en cassant, tout ça c'est tout à fait normal..
c'est le résultat d'une société qui met en oublie les valeurs spirituelles au profit des valeurs matérialistes, je me souviens quand je voyageais en Inde
j'entendais parler des mêmes problèmes, j'entendais parler des mêmes manifestations, j'obtient ce que je veux et je suis content,
je ne l'obtient pas et je suis mécontent.. on en revient toujours au même...les gens n'en n'ont jamais assez.. alors les manifestations sur la retraite ce que j'en pense ?
Sans prendre partie pour une idée plutôt qu'une autre mais d'un point de vue purement humain c'est une honte !!! j'ai honte d'être Français... ce sont là de véritables mendiants et les jeunes étudiants s'y mettent à 20 ans...!! de futur vrais râleurs qui se plaignent de tout...comment peut-on se plaindre dans un pays comme le nôtre, avec les congés payés, les allocations, les aides de toutes sortes, et j'en passe...qu'ils aillent vivre dans les pays du tiers monde, 14 heures de travail par jour sans aucune sécurité ni aide d'aucune sorte.... et en plus, ces gens parmi les plus pauvres nous acceuillent à bras ouvert et sont prêt à donner plusieurs jours de salaire pour nous offrir un repas et partager leur culture...
Se plaindre de tout et parfois de rien, c'est s'endormir insidieusement dans un système de pensée qui n' a pas d'issue, pour finir un jour ou l'autre ensuqué dans la sécu. Alors pendant que certains manifestent, entretiennent le sentiment de pénurie, cultivent l'idée de vide et de manque, d'autres cultivent  l' idée de Plein  et travaillent en chantant  toute la journée, faites votre choix... Il n'existera jamais au niveau matériel ou politique une solution unique qui va satisfaire tout le monde, la seule issue sera toujours d'ordre spirituel, .. la seule chose qui nous manque n'est ni une meilleure retraite, ni un salaire plus élevé, ni plus de confort, ni plus de sécurité,  non, la seule chose qui nous manque c'est l'Eveil.

Q: Comment progresser dans la méditation avec toutes les difficultés du quotidien ?
R: Dites plutôt grâce, grâce aux difficultés ;
" Si le monde était sans défaut,
   qui se souviendrait du Très Haut ?
   Si le monde était sans problème,
   qui invoquerait le Suprême ? "
Dès lors qu'on réalise que le monde est une école où l'on apprend à s'améliorer, toutes les souffrances et toutes 
les difficultés deviennent fécondes et bénéfiques car elles sont un tremplin vers la pleine réalisation de l'Etre,
et la Paix Intérieure. Bien souvent nous nous plaignons d'un évènement, ou d'une situation difficile où nous sommes placé,
voici une histoire; " Un jour un poussin, qui suivait sa mère poule avec les autres poussins décide de partir à l'aventure et
quitte la file organisée... Après un moment, perdu, il se retrouve au beau milieu d'un champ, il fait froid et il se met à crier;
" Piou, piou, piou..." , une vache qui passait par là l'entend, passe au dessus de lui et fait tomber une bouse.. , notre poussin
se retrouve aussitôt enveloppé jusqu'au cou dans une bouse bien chaude. Mais après un moment le poussin commence à
avoir faim, il se remet alors à crier; " Piou, piou, piou...", un renard qui passait par là l'entend, le sort délicatement de sa
bouse et... le croque..!! Moralité; Quand on te met dans la merde, c'est pas toujours pour ton mal, et quand on t'en sort, c'est
pas toujours pour ton bien..... mais surtout dans les deux cas Tais-tois ! ... et regardes-y de plus près, car il n'y a jamais de
difficultés mais uniquement des occasions de s'accomplir..

Q: Nous avons le temps de nous poser toutes ces questions ?
R: C'est ce que tout le monde se dit, voyez le résultat !!...les gens rêvent... tout le monde dort..
regardez les gens dans la rue, dans leurs voitures, ils sont tristes.. semblent chercher quelque chose...
Ils dorment, ils ne sont pas là, ils sont étrangers à eux-même, aliénés, ce qui a fait dire à quelqu'un dont
j'ai oublié le nom ; " Il y a deux sortes de fous ; ceux qui vivent comme si ils n'allaient jamais mourrir et ceux qui ont
oublié qu'ils sont en vie " . En réalité, ils sont déjà morts ! Les gens vivent en différé, en rêve, tantôt dans le passé,
tantôt dans le futur, alors que la Joie provient du contact avec la Réalité, ici et maintenant. 

Q: Vous n'êtes pas très engagé dans les affaires du monde, l'écologie etc..?
R: Si, je suis très engagé, mais d'une manière dégagée, car si on milite, si on râle contre le système, on continue
à en faire partie, et d'une certaine manière on augmente les problèmes, alors que si on adopte une attitude de retrait,
de non participation, on développe un réel esprit rebelle, une attitude juste, et ce qui alors pourrait sembler de la
passivité, est en réalité une vraie action, car nous proposons ainsi au regard et à la réflexion d'autrui une attitude
qui ouvre une perspective plus profonde, plus vaste, et plus efficace.
Prenez par exemple l'ennui, l'ennui est toujours volontaire, il vient de ce que l'on a comparé notre situation à une autre et
préféré l'autre. L'ennui est du à un manque de méditation, si donc par la méditation vous éliminez l'ennui,
vous éliminez d'un seul coup des autoroutes tous ceux qui vont à Marseille parcequ'ils s'ennuient à Nice et qui croisent
ceux qui vont à Nice parcequ'ils s'ennuient à Marseille...voilà, méditer c'est écologique, on aide à réparer le trou dans
la couche d'ozone !! Si l'on considère aussi qu'on fume et qu'on boit parcequ'on s'ennuit, en éliminant l'ennui par la
méditation on élimine ainsi 95 pour cent des cancers du poumons et des cirrhoses du foie, de quoi faire de bonnes économies
à la sécu qui pourraient être réinjectées dans la recherche de véhicules zéro pollution et dans une agriculture plus propre...
le bio, cela devrait être obligatoire...

Q: Finalement, nous avons le monde que nous créons et que nous méritons ?
R: Absolument,  mais bien sûr, mais qu'est ce qu'on vous apprend à l'école ?
Diogène était un sage de l'antiquité qui vivait dans un tonneau à la sortie d'Athènes ( Ou à l'entrée,
ça dépend dans quel sens on va ! ), et un jour, quelqu'un qui se rendait à Athènes lui demanda: " Bonjour, je vais à
Athènes, pouvez vous me dire comment sont les gens de cette ville ? " Diogène lui répondit: " Dites moi d'abord
comment sont les gens dans la ville d'où vous venez. " L'homme lui dit: " oh, ils sont hypocrites, médisants,
mesquins, grognons, égoïstes...". Diogène lui répondit: " Je suis au regret de vous dire que vous allez rencontrer à
Athènes des gens hypocrites, médisants, mesquins, grognons, égoïstes..."
Un peu plus tard, un autre homme qui se rendait lui aussi à Athènes lui demanda: " Bonjour, je vais à Athènes,
pouvez vous me dire comment sont les gens de cette ville ? " Diogène répondit à nouveau: " Dites moi d'abord
comment sont les gens  dans la ville d'où vous venez. " Hé bien ils sont aimables, souriants, droits, sincères.."
Diogène lui  répondit : " J'ai la joie de vous dire qu'à Athènes vous allez rencontrer des gens aimables,
souriants, droits, sincères.."

Q: N'est ce pas dangereux de ne plus avoir d'ego ?
R: Pas plus que de marcher sans béquille si vous êtes en parfaite santé. L'ego est une illusion, la connaissance
de soi révèle son imposture. Comme un mirage dans le désert disparaît au fur et à mesure qu'on s'en approche,
l'ego disparaît au fur et à mesure qu'on l'étudie. L'ego tourne en rond, plafonne, complique à l'infini.
L'ego, c'est un corps étranger, une prothèse, c'est ce qui est rapporté, c'est ce qui est en trop, c'est ce que
certains orientaux appellent la troisième patte du poulet, c'est à dire quelque chose qui n'a rien à faire là.
Sans lui, la vie est simple, facile, joyeuse.

Q: Y a t'il des critères qui  nous permettent de savoir si nous sommes sur la bonne voie ?
R: Oui, la Joie est le baromètre de la recherche spirituelle. Si vous devenez sérieux, si vous vous prenez pour
quelqu'un, vous faites fausse route, la simplicité, l'humilité, la légèreté sont de bons indicateurs.
Le sentiment de nouveauté est aussi important. Le jour d'aujourd'hui est neuf, même si vous voyez les mêmes choses,
 les mêmes gens, ce qui est là devant vous, vous apparaît comme pour la première fois.

Q: N'y a t'il pas parfois dans la recherche spirituelle, une fuite de la Réalité ?
R: Oui, certains trouvent dans la spiritualité une valeur refuge face aux difficultés du quotidien.
Tout le monde connaît l'histoire du petit garçon qui dit;
" Papa, tu viens jouer avec moi ? "
" Non, je n'ai pas le temps, je lis un livre sur l'Amour absolu ! "
La spiritualité n'est pas une fuite, c'est l'adhésion à la réalité, c'est un grand OUI à ce qui EST, c'est l'acceptation totale de
ce qui à été votre vie, de ce qu'elle est et de ce qu'elle sera par avance, donc un grand coup de pied dans le déni,
la négation. La planche de salut c'est l'adhésion, comme la planche du surfeur qui va avec la vague et non contre elle...

Q: Vous n'êtes pas très en accord avec les stages et autres ateliers ?
R: Tout a son utilité, toutefois, sans être contre ni pour, j'émets une réserve, je pense qu'il faut faire une distinction entre un séjour dans un ashram, un centre spirituel digne de ce nom, où vous ne payez que la nourriture et l'hébergement, et un séminaire " coaching d'éveil intensif pour cadre dynamique " , très onéreux.. vous savez aujourd'hui la quête de soi est accordée à toutes les sauces, les stages et ateliers spirituels c'est la grande mode, on trouve du coaching de l'âme, que l'on pourrait traduire par commerce de l'âme, on trouve aussi des ateliers aventures....allons... un peu de sérieux...imaginez Ramana Maharshi emmenant des gens en bivouac autour d' Arunachala...!! certains sites proposent même de faire de la spiritualité votre métier... on aura tout vu...!!
Les gens s'ennuient et veulent faire des expériences, mais bien souvent cela  reste superficiel et intellectuel...
On expérimente quelque chose et puis le stage fini, on rentre chez soi et le quotidien reprend le dessus, rien de
profond n'a vraiment changé, c'est comme faire un tour de chevaux de bois, vous connaissez les chevaux de bois ? vous savez ces anciens manèges qui tournent,
avec des chevaux qui montent et qui descendent ? Vous payez, vous faites deux ou trois tours et vous redescendez, pas plus avancés qu'avant... " 
Il y a aujourd'hui un tourisme spirituel, une spiritualité mondaine, si l'Eveil n'est pas pour vous une question de vie ou de mort,
si la Libération n'est pas l'affaire de votre vie, c'est que vous n'avez rien compris.

Q: Que pensez vous de la morosité au travail ?
R: C'est l'ego qui refuse. Travailler, c'est quand on fait quelque chose et qu'on n'est pas d'accord, mais si vous
êtes d'accord avec tout ce que vous faites, si vous aimez tout ce que vous faites, vous ne travaillez plus,
vous êtes en vacances toute l'année. Voici une histoire; " Dans un camping, au mois d'Août,
un homme arrive en vacance et commence à monter une tente, une grande tente avec armature. Il assemble,
installe, plante les piquets en sifflotant. Quelques emplacements plus loin un autre homme monte, devant quelques
spectateurs, la même tente, avec la même armature, en faisant exactement les mêmes gestes, mais en râlant,
 en bougonnant, en fait il est démonstrateur de matériel de camping......." C'est bien l'esprit qui fait tout.... !  

Q: Quelle est la nature de l'effort à faire pour découvrir le Soi ?
R: Ni l'effort le plus grand, ni l'intelligence la plus élevée ne sont d'aucun secours car le Soi transcende le mental
et l'intelligence, il échappe à la saisie dualiste de l'esprit et encore plus à la crispation intellectuelle. Son extrême
simplicité reste le plus grand obstacle face à notre désir d 'expérience transcendante extraordinaire.
Le zen nous dit : " Plus l'effort est petit, plus le résultat est grand. " L'effort est le même que celui que
vous avez à faire pour vous endormir, c'est à dire l' abandon, le relâchement. L'effort, si l'on peut dire qu'il y en a un,
est de se dessaisir, de lâcher, de quitter les vagues de surface pour la Paix des profondeur, de quitter le limité
pour le Tout, de quitter la prison du mental, de l'ego pour " Cela " que nous sommes déjà.
" La paix suprême de l'esprit échappe à toute description; émergeant du coeur même de l'expérience elle imprègne
l'être et le submerge en totalité dans son déploiement béatifique. Dès lors et pour toujours son intensité demeure
invariable, contrairement à ce qui se produit dans les extases ou phénomènes transitoires. Aucune contingence n'affecte
l'homme qui vit le Soi, il peut vaquer aux occupations de la vie quotidienne sans que cet état béatifique subisse
aucune éclipse ". "Apparemment le jivan mukta, le libéré vivant, ne se singularise en rien; il parle, agit et se comporte
avec ses contemporains d'une façon parfaitement naturelle. Il se refuse à transparaître en spectaculaire exhibition,
sa sagesse est intérieure. Elle donne ses fruits à ceux qui approchent le Sage à coeur ouvert ( telle l'aspiration désintéressée
et totale à la connaissance, à l'amour sans phrase de la vérité pour la Vérité. ) Extrait de; Docteur Roger Godel; Essais
sur l'expérience libératrice, Editions Présence.

Q: On ne peut négliger  l'inconscient dans cette quête intérieure ?
R: Si vous soupçonnez que quelqu'un s'est introduit chez vous, vous allez allumer dans toutes les pièces, vous allez
chercher partout, inspecter les moindres recoins. Il ne faut rien négliger, il faut être honnête avec soi-même et
bien regarder ce qui se cache derrière nos motivations.

Q: Quel est le moteur de cette recherche, de ce désir de Liberté ?
R: C'est la souffrance. Tant que vous êtes bien, dans les limites rassurantes de l'ego, votre souffrance reste
confortable, et puis un jour, vous en avez assez d'être emprisonné dans des limites, vous en avez assez d'être
ballotté, heureux quand les circonstances sont bonnes, malheureux quand les circonstances sont moins bonnes,
et vous vous tournez alors vers un enseignement spirituel. Au début, vous y allez doucement, comme quelqu'un
à la mer, qui trempe d'abord un orteil, et puis un jour, les grands enseignements vous touchent profondément.
" Travaillez sans relâche à votre Salut." , " Cherchez d'abord la Vérité, et tout le reste vous sera donné par surcroît. "
Vous rencontrez celui qui va éclairer votre démarche et puis le Maître intérieur devient assez fort pour prendre la relève.
Vous voilà à nouveau seul dans cette quête, seul devant vos démons intérieurs, mais cette fois armé
du glaive de la Connaissance, comme le prince charmant devant les dragons qui gardent le château de la belle
au bois dormant. Vos faiblesses se transforment  en Force, et l'illusion qui régnait jusqu'alors est dissipé.
Vous découvrez la Réalité dans le monde des apparences, toutes les peurs disparaissent,
 et vous êtes assis en Bienheureux, dans un quotidien transfiguré par la méditation et la découverte du Soi.

Q: La question " Qui suis-je ? " n'est t'elle pas l'axe central de cette recherche ?
R: Complètement. Découvrir votre Véritable Identité est ce qui peut vous arriver de plus grand, c'est le but Ultime
de la vie humaine. Votre Véritable Nature transcende tout ce que vous pouvez imaginer et se révèle à vous lorsque le mental se tait.
Nous n'avons de cesse de retrouver cette Identité et c'est en Réalité le but qui se cache derrière toutes nos activités.
Nous désirons une chose, et quand nous l'avons obtenu, nous sommes en Paix, dans la  Plénitude de l'Etre, dans notre
Essence, jusqu'a ce qu'un autre désir nous exhile de cet état. Si je vous demande ; " Qui êtes vous ? " , et que vous me
répondez ; " Je m'appelle Gérard Dupont, j'habite 35 Allée des hirondelles ", vous me donnez là le nom et l'adresse
du corps, ce n'est pas vous ! Vous êtes bien plus que cela. En réalité vous êtes partout, vous imprégnez tout, comme l'eau dans une éponge.
 Vous êtes Cela qui n'a ni commencement ni fin, infini, illimité, non affecté, Cela qui échappe au temps,  à la destruction,
 la Pure Conscience, l'Etre Essentiel, le Moi Réel, transcendant, sublime, pur, parfait et libre.

Q: Quelle est votre activité, qu'est ce que vous faites ?
R: J'exerce une activité professionnelle et je mène une vie "dans le monde" mais ma priorité est spirituelle, aussi je reçois
individuellement ou en petit groupe, des chercheurs épris de liberté, des curieux en quête d'une vie plus sage et plus heureuse.
Nous regardons le monde à travers l'oeil distordu de notre ego, d'où les peurs et les souffrances; voyons ensemble
comment corriger ce défaut, comment éviter les pièges de la voie spirituelle, et quels sont les obstacles, les empêchements,
sur ce chemin vers la Paix intérieure et la Liberté.

Q: N'y a t'il pas finalement en chacun d'entre nous quelqu'un qui est d'accord avec le message
des enseignements spirituels ?
R: Le Divin résonne en chacun d'entre nous, la voix de la conscience nous appelle sans cesse,
nous aspirons tous à quitter la prison du petit moi, c'est l'histoire du poisson qui cherchait l'océan...
L'homme a soif d'idéal, d'Absolu, et cherche à se libérer de l'illusion qu'il a lui-même engendré.
Par ignorance, il a tissé la trame de sa propre camisole et demeure insatisfait.
Mais nul ne peut traverser la vie sans un jour une percée de la lumière, sans avoir été un jour en contact avec
la spiritualité, sans avoir été un jour touché par une parole, un récit, la rencontre de quelqu'un qui parle différemment;
 " Mieux vaut un jour dans le Soi qu'une vie dans l'égarement..."
Ignorer ce fait c'est renoncer à la Libération, comme si vous renonciez à un héritage fabuleux, c'est fermer la porte à
l'opportunité de se débarrasser de cet ego qui de toutes façons, n'a pas vraiment donné de satisfactions jusqu'à aujourd'hui .
L'homme ne commence à vivre réellement que lorsqu'il s'éveille, c'est une seconde naissance,
alors seulement dans cette pleine conscience élargie à l'infini, la vie est vraiment vécue.
" Depuis des sciècles nous entendons dire qu'il existe un grand potentiel caché en chacun d'entre nous.
Il reste caché, non pas parce qu'il est difficile à atteindre,
mais simplement parce que nous n'allons pas le chercher "

Q: Nous voulons toujours tout changer, n'est-ce pas là la définition même de l'ego ?
R: On entend dire; "J'en ai marre, ça ne va pas comme je veux...", c'est normal..., c'est l'ego qui dirige, nous voulons toujours tout changer,
nous voulons toujours intervenir, c'est toujours la même histoire....vous voyez un escargot traverser la route et
vous vous dites; " Oh le pauvre, il va se faire écraser." alors vous le ramassez et vous le remettez dans l'herbe au bord de
la route. Mais sa destiné d'escargot, sa fonction d'escargot, c'est de traverser la route et quand vous repassez, une heure plus
tard vous le retrouvez, aplatit en 2 D comme une crêpe bretonne..... si vous n'étiez pas intervenu, cet escargot, peut-être
père de famille, aurait traversé la route, lui et sa coquille 5 étoiles, en passant " par miracle" entre les roues des voitures....
nous voulons toujours conformer le monde et les gens à notre idée, au lieu de nous conformer nous au monde... c'est une
souffrance et une lutte sans fin... le monde est parfait, il va bien et il est beau, la seule chose à y changer c'est nous...
il y gagne donc beaucoup celui qui, au lieu de s'occuper de ce qu'a fait et dit le voisin, s'occupe de ce qu'il a fait et dit lui-même...
comme le dit l'ermite du rocher, le monde est un gigantesque gymnase avec plein d'outils à notre disposition pour nous
parfaire, nous y sommes placé pour avancer et nous libérer, tant que nous n'avons pas compris le but du jeu, nous avons des
conflits au travail, des conflits familliaux, des conflits de voisinage et nous recevons des salutaires coups de pied au cul.....
Dès que vous changez le monde change, le monde doit être changé en quelque sorte " de l'intérieur " , de l'intérieur de
chacun, Gandhi avait dit; " Soyez vous-même le changement que vous aimeriez voir dans le monde, à force de vivre oeil pour
oeil dent pour dent, le monde sera bientôt aveugle et édenté..."

Retour page d'accueil